Ethno-Net Database: Congo - Brazzaville

MOST ETHNO-NET AFRICA DATABASE

CONGO (Brazzaville)


 
Other data on Congo - Brazzaville / Autres données sur le Congo - Brazzaville
Afrique du Sud

Bénin

Cameroun

Côte d'Ivoire

Congo-Brazza

Congo-Kinshasa

Gabon

Ghana


Kenya

Nigeria

Tchad

Zambie
Création d'une force de maintien de la paix pour la sous-région
13 morts à la suite d'un accrochage entre les Ninjas et les FAC
Deux ONG demandent l'intégration de la Convention contre la torture dans le droit positif
Rapports sur les relations éthniques / Reports on Ethnic Relations
next

The following section is consisted of part, full or summaries of articles from diverses sources (newspapers, newsletters, etc...).
La section suivante est constituée d'exraits, de la totalité ou de résumés d'articles provenant d'origines diverses (journaux,bulletins, etc..).


10 / 31 / 2003 

IRIN

"Création d'une force de maintien de la paix pour la sous-région"

Une brigade régionale de maintien de la paix a été créée mercredi lors de la réunion des chefs d'état-major des états membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC). La rencontre s'est tenue dans la capitale de la République du Congo, Brazzaville.

Cette réunion devait permettre de doter la sous-région d'une force capable de répondre à toutes les menaces à la paix, en application du protocole relatif au Conseil de Paix et de Sécurité de l'Afrique Centrale (COPAX) et du règlement de la Force Multinationale d'Afrique Centrale (FOMAC), signé en février 2000. Cette force aura principalement pour mission la restauration, le maintien et l'imposition de la paix.

"Cette brigade sera formée à partir des troupes et du matériel provenant de tous les Etats membres de la CEEAC. Elle comprendra également des éléments de la gendarmerie et de la protection civile pour participer aux actions civilo-militaires," a indiqué le général de division Charles Richard Mondjo, chef d'état-major des forces armées congolaises.

"Pour l'heure, nous n'avons pas encore déterminé le nombre d'éléments et le volume de matériel qui composeront cette force," a-t-il ajouté.

Les participants ont recommandé, dans ce sens, la création d'un groupe de travail au sein de la CEEAC. Il serait composé d'officiers issus des huit états membres: l'Angola, le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Gabon et le Tchad. Ce groupe aura pour tâche de finaliser les dossiers techniques avant de les soumettre aux instances de la CEEAC.

Les chefs d'état-major ont encore recommandé la création d'un centre régional de formation aux opérations de maintien de la paix pour les officiers, en vue de faciliter leur collaboration.

La rencontre a également permis de décider l'organisation de manœuvres et d'exercices multinationaux tous les deux ans. Le Tchad a ainsi été choisi pour accueillir la prochaine manœuvre multinationale.

Les chefs d'état-major africains s'étaient déjà réunis au mois de mai à Addis Abeba (Ethiopie) pour créer une force de maintien de la paix dans la sous-région, conformément aux voeux de l'Union Africaine.

10 / 17/ 2003 

IRIN


"13 morts à la suite d'un accrochage entre les Ninjas et les FAC"

Au moins 13 personnes ont été tuées, mercredi à Mindouli, dans le sud-ouest du département du Pool en République du Congo, lors d'une fusillade entre des éléments des Forces armées congolaises (FAC) et un groupe de miliciens Ninjas, a annoncé jeudi le porte-parole du gouvernement Alain Akouala Atipault. La localité de Mindouli est située à environ 137 km de Brazzaville, la capitale.

"Ce n'est ni la reprise de la guerre dans le département du Pool, ni une attaque de train par les Ninjas. Il s'agit d'un incident," a affirmé à la presse Akouala.

La fusillade a éclaté à la suite d'une altercation entre des 'Ninjas' et les forces régulières. Un groupe de miliciens avait, en effet, tenté de charger dans les wagons transportant des produits pétroliers, des colis contenant des denrées agricoles destinées à être commercialisées dans la capitale.

Un responsable du Chemin de fer Congo-océan (CFCO) reliant Brazzaville et Pointe-Noire s'était opposé à ce chargement. Les Ninjas ont alors tiré en l'air, en endommageant une citerne.

Les éléments des FAC sont intervenus pour rétablir l'ordre, a expliqué Akouala, ajoutant que la fusillade avait fait 13 morts dont un élément des FAC, cinq civils et sept Ninjas.

"Le calme est revenu à Mindouli et le train a poursuivi son trajet vers Brazzaville," a affirmé Akouala.

Pour le porte-parole du gouvernement cet incident s'inscrit dans "une sorte de banditisme résiduel" qui persiste dans cette partie du département du Pool. Cet incident est, cependant, le plus grave survenu depuis le retour de la paix.

Le calme est, en effet, revenu dans le département du Pool, même si quelques accrochages sont encore enregistrés entre les forces gouvernementales et les miliciens Ninjas du pasteur Frédéric Bitsangou alias Ntumi. Les deux belligérants s'étaient affrontés entre mars 2002 et mars 2003 avant de signer un accord de paix le 17 mars dernier.


10 / 08 / 2003 

IRIN


"Le CICR a formé près de 1.500 militaires au DIH"

Les formateurs du Comité International de la Croix Rouge (CICR) ont initié au droit international humanitaire des nouvelles recrues militaires en République du Congo, a indiqué mardi un communiqué du CICR remis à IRIN.

Près de 1.500 recrues et cadres de l'armée ont ainsi suivi, pendant la deuxième moitié du mois de septembre, les conférences du CICR sur le droit des conflits armés. Les cours se sont déroulés dans les centres d'instruction de Moulendé, Gambona et de Bilolo. Tous les participants ont reçu un manuel sur le DIH et les premiers secours ainsi que du matériel pédagogique pour les officiers et les sous-officiers.

Cet enseignement s’inscrit dans le cadre d’une longue collaboration entre le CICR et les Forces Armées Congolaises pour la promotion du DIH dans le pays. Un programme signé entre le chef d’état-major, le général Charles Richard Mondjo et le CICR permettra, jusqu’à Noël, à des unités de l’ensemble du pays de suivre ces conférences.


10 / 07 / 2003 

IRIN


"Deux ONG demandent l'intégration de la Convention contre la torture dans le droit positif"

Deux ONG de défense des droits de l'Homme en République du Congo ont demandé au gouvernement de prendre les mesures visant à intégrer la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dans le droit positif, a indiqué vendredi un communiqué des organisations.

La demande de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (Ocdh) et l’Association pour les droits de l’Homme et l’univers carcéral (Adhuc), fait suite au dépôt des instruments de ratification de la convention auprès du secrétariat général des Nations Unies le premier septembre dernier.

L’adhésion à cette convention a procédé d'une recommandation émanant des participants à la conférence sur la démocratie, l’Etat de droit et les libertés fondamentales, organisée par l’Ocdh et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (Fidh) du 28 au 31 janvier 2003 à Brazzaville, la capitale.

La ratification de cette convention marque un tournant décisif dans la lutte contre la torture, se sont réjouies les deux ONG. La pratique de la torture et d'autres traitements inhumains et dégradants par la police est toutefois continuellement dénoncée par les ONG de défense des droits de l'Homme.

"La torture exercée par les agents des forces de sécurité notamment ceux de la police judiciaire est une pratique normale et recommandée. Elle est à leur sens, un outil servant à sanctionner les présumés délinquants ou à arracher des aveux," a indiqué le dernier bulletin, 'Lumière', de l'Ocdh.

La convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1984. Elle est entrée en vigueur le 26 juin 1987 après le dépôt, auprès du secrétariat général des Nations Unies, du 20ième instrument de ratification ou d'adhésion.

>>>>> Texte de la convention

Page
next
 
 
 
Other data on Congo - Brazzaville / Autres données sur le Congo - Brazzaville