Ethno-Net Database: Côte d'Ivoire

MOST ETHNO-NET AFRICA DATABASE

IVORY COAST / COTE D'IVOIRE


 
Other data on Ivory Coast/ Autres données sur la Côte d'Ivoire
Afrique du Sud

Bénin

Cameroun

Côte d'Ivoire

Congo - Brazza

Congo - Kinshasa

Gabon

Ghana


Kenya

Nigeria

Tchad

Zambie
 
 
 
 
Rapports sur les relations éthniques / Reports on Ethnic Relations

The following section is consisted of part, full or summaries of articles from diverses sources (newspapers, newsletters, etc...).
La section suivante est constituée d'exraits, de la totalité ou de résumés d'articles provenant d'origines diverses (journaux,bulletins, etc..).


06 / 30 / 2003

IRIN

The Article: "Rebels order their ministers to quit government"

Rebel forces in Cote d'Ivoire threatened to withdraw from a three-month-old government of national reconciliation on Monday after one of their leaders was beaten up in the commercial capital Abidjan.

The military high command of the three rebel movements that occupy northern Cote d'Ivoire ordered all nine rebel ministers to withdraw from the government at a meeting on Sunday night in the rebel capital Bouake.

However, several of the rebel ministers told a press conference in Abidjan on Monday that they would only decide whether or not to pull out after meeting a visiting delegation from the UN Security Council on Tuesday.

"We want to meet the Security Council to ask them the following question. What guarantee will they give for our security? If they fail to give any, then we will have to find an Ivorian-style solution," said Communications Minister Guillaume Soro, who is also Secretary General of the Patriotic Movement of Cote d'Ivoire (MPCI), the main rebel group.

Soro was attacked by members of a hardline paramilitary youth organisation opposed to any concessions to the rebels when he tried to visit the headquarters of state television in Abidjan on Friday. He was forced to take refuge in the building's sick bay for two hours until police restored order and escorted him out. Soro said the attack amounted to a failed assassination attempt.

The youth organisations, known locally as militias enjoy the tacit support of President Laurent Gbagbo and have held several well publicised meetings with him. Their main leader Charles Ble Goude, has been seen in Abidjan accompanied by uniformed police bodyguards.

The rebel military high command declared a state of emergency, suspended rebel participation in the government of Prime Minister Seydou Diarra and ordered all the rebel ministers to return to Bouake. It also declared the closure of transport corridors linking the government held-south with the rebel-held north of the country.

The high command said in a communique on Monday morning that these measures would only be rescinded following the appointment of a defence minister and internal security minister. The key posts have been vacant since the government of national reconciliation was formed in early April because of a disagreement between President Gbagbo, the rebels and parliamentary opposition over who should fill them.

A French-mediated peace accord in January stipulated that both these sensitive ministries should be headed by rebel representatives, but Gbagbo refused to make such appointments in the light of strong opposition from his own army.

One diplomat in Abidjan who follows the peace process closely, said the rebels, who prefer to be called "the New Forces" were apparently forcing issues to a head to get the the Security Council mission to put pressure on the government to implement fully the January peace agreement.

In particular, they wanted the international community to persuade Gbagbo to dismantle the youth militias, he added, These groups have several thousand members and are regularly seen jogging in sports kit through the streets of Abidjan doing military style training. Some of them claim to have access to weapons.

The Security Council team, led by Britain's ambassador to the United Nations, Sir Jeremy Greenstock, is touring West Africa to seek ways of containing the conflicts in Liberia and Cote d'Ivoire and prevent them from destabilising other countries in the region.

Cote d'Ivoire, the most prosperous country in West Africa, collapsed into civil war in September last year after a failed coup. Fighting died down after the January peace agreement and the dispatch of 4000 French and 1,300 West African peace-keeping troops to police the front line.

A ceasefire between the two sides has held well since early May. The government and rebels had been due to begin a process of disarmament on August 1.

06 / 23 / 2003

IRIN

The Article: "Corpses contaminate drinking water in troubled west"

Wells and streams contaminated by the bodies of people killed in recent fighting are threatening the health of thousands of people who have begun returning to their villages in Cote d'Ivoire's "Wild West" following the recent reimposition of law and order there by French and West African peacekeeping forces.

An officer serving with French peace-keeping forces in the area that straddles the front line between government and rebel forces near the frontier with Liberia told IRIN at the weekend that the bodies of hundreds of people killed by indisciplined militiamen fighting for both the government and rebels had been simply dumped in wells and water courses.

Most of the victims were civilians who were preyed upon by the militias, rather than actual combatants. A force of several hundred heavily armed peacekeepers was sent into the heavily forested area bounded by the towns of Duekuoe, Man, Danane and Toulepleu a month ago. Since then, the marauding bands of armed men, which included many Liberian fighters, have disappeared from view and law and order has returned to the district.

The French officer, who asked not to be named, said that in the village of Kahin near Duekoue nearly 40 people had died in two days from an outbreak of measles that was thought to have been caused by water contaminated by the rotting corpses of people killed in militia raids. He also named two other villages nearby which had suffered similar water contamination problems.

"To cover their tracks, corpses were just thrown into wells and water courses which have become unfit for consumption," he said.

The Abidjan newspaper Soir Info said last Friday that its reporters found about 60 heavily decomposed bodies lying in and around a stream 300 metres from Fengolo, another village in the same area.

One relief agency operating in the area, Solidarite, said it had heard similar stories of water contamination from Action Internationale Contre la Faim (AICF), whose officials were not immediately available for comment. Other agencies contacted by IRIN said they were unaware of such a problem.

The French officer said there was also an emerging food shortage in the region since many of those now emerging from the bush had lost everything, including their food stocks and seed for planting new crops. "The worst thing is that the population is coming back en masse with nothing to eat," he said.

A civil war erupted in this prosperous cocoa and coffee producing country in September last year, but the situation stabilised in most of the country after the government and rebels signed a peace agreement in January. That led to the formation of a government of national reconciliation in April.

However, violence continued in the "Wild West" long after fighting died down along the rest of the front line that has separates the rebel held north of Cote d'Ivoire from the government-held south. It only ended after the French and West African peacekeepers sent in two large columns of armoured cars to establish a "zone of confidence" there on May 23.

The Article: "Les réfugiés libériens submergent une localité frontalière"

L'arrivée de près de 30 000 réfugiés libériens à Tabou durant les deux mois écoulés, a fait valser les prix des denrées alimentaires et déclenché une crise sanitaire dans cette petite localité côtière de la Côte d'Ivoire.

Son système de distribution d'eau et son générateur électrique peu fiable ne peuvent plus répondre à la demande d'une population locale qui a pratiquement quadruplé. Le personnel de l'hôpital local, qui reçoit de l'eau de ville trente minutes tous les deux jours, se débat pour faire face à une augmentation des cas de diarrhée, de vomissements et de paludisme.

D'autre part, l'hostilité est grandissante entre les réfugiés libériens et leurs hôtes Ivoiriens, bien qu'ils soient pour la plupart issus de la même tribu Krahn. Ce sentiment croissant est dû à la sinistre réputation des mercenaires libériens qui se battent pour le compte des deux côtés belligérants dans la guerre civile ivoirienne, plus à l'intérieur du pays. Non rémunérés et incontrôlés, ces hommes armés ont violé, tué et pillé dans chaque village qu'ils ont traversé.

Les soldats ivoiriens se sont retirés du fleuve Cavally, qui borde le Liberia, à 30 km à l'ouest de Tabou. Mais à leur place, des groupes de la jeunesse locale, armés de machetes et de quelques fusils automatiques s'appelant 'guerriers', fouillent et contrôlent tous ceux qui tentent de faire la traversée en canoë. Beaucoup sont obligés de faire demi tour.

Un groupe d'agences humanitaires, sous la houlette du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), a visité Tabou à la fin de la semaine afin d'évaluer la crise humanitaire émergente. Elle a pour but d'élaborer une stratégie pour dissiper la tension dans la région et pour veiller à ce que la population locale ainsi que les réfugiés soient bien nourris et en bonne santé.

Panos Mountzis, directeur intérimaire du HCR en Côte d'Ivoire, a été à la tête de la mission dans cette petite localité maritime à 400 km à l'ouest d'Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire. " Nous devons éviter que le désoeuvrement croissant chez les jeunes aggrave la tension qui existe entre la population locale et les réfugiés ", a-t-il expliqué à IRIN.

L'un de ces projets consiste à faire en sorte que les réfugiés et la population locale cultivent ensemble le manioc et d'autres cultures vivrières. D'autres efforts humanitaires sont également en cours.

Les réfugiés ont commencé à franchir en masse la rivière Cavally pour Tabou au début du mois de mai, au moment où le groupe rebelle Mouvement pour la démocratie au Liberia (MODEL) progressait rapidement dans le sud-est du Liberia et a capturé le port de Harper, proche de la localité.

Selon le UNHCR, il y aurait au moins 27 000, voire 29 000 réfugiés à Tabou et dans les districts environnants. La plupart d'entre eux vivent avec des amis ou de la famille, mais 3 700 se sont réfugiés dans le camp de passage, hâtivement mis sur pied dans un ancien champ de manioc à la périphérie de la ville, et beaucoup d'autres couchent encore à la dure.

Le camp de transit, intialement prévu pour 1000 occupants au maximum, est déjà très surpeuplé. Les travailleurs humanitaires ont indiqué qu'il est entrain de se transformer rapidement en un camp permanent de réfugiés.

Plusieurs agences de secours ont déjà commencé à s'activer sur place. L'organisation allemande GTZ fournit aux camps de l'eau à boire, CARITAS sert à ses habitants trois repas chauds par jour, et Save the Children s'occupent de 240 jeunes réfugiés séparés de leurs parents.

Pour l'instant, il n'y a pas eu de graves pénuries alimentaires à Tabou. La plupart des personnes fuyant les combats au Liberia ont réussi à apporter un peu d'argent avec elles. Le Programme alimentaire mondial a transporté par camions des secours d'urgence sur la route cahoteuse du port de San Pedro. Mais au marché de Tabou, les prix des denrées comme le manioc, la banane, les tomates et les piments, ont triplé depuis le début de l'exode.

A l'hôpital local, Nathalie Kouakou, une jeune fille de la localité, se tord de douleur dans la salle d'accouchement en attendant d'accoucher car il n'y a plus de médicaments pour aider à provoquer la naissance de son bébé. Le fardeau supplémentaire que les réfugiés font peser sur les maigres ressources de l'hôpital a épuisé ses réserves de médicaments et de vaccins.

"L'hôpital pâtit déjà d'un manque de matériels, de médicaments et de matériels de premiers soins", a noté le chirurgien Jean Agbate-Agbate, alors qu'il faisait visiter les lieux à des travailleurs humanitaires à la lumière d'une lampe de poche, l'électricité ayant été encore une fois coupée. "Comme la population a plus que triplé en raison de l'affluence des réfugiés, notre citerne d'eau, qui n'est réapprovisionnée qu'entre 6H00 et 6H30 du matin tous les deux jours, a été prise d'assaut par la population locale", a-t-il ajouté.

Les relations avec les forces du MODEL, qui a hissé le drapeau libérien de l'autre côté de la rivière Cavally, demeurent tendues. Bouah Kamon, un responsable auprès du ministère ivoirien de la Défense, a déclaré que le gouvernement estime que le MODEL retenait en otage 3 000 réfugiés ivoiriens à Harper en vue d'éventuelles négociations avec les autorités d'Abidjan.

Bien que les diplomates estiment que le gouvernement ivoirien a armé et appuyé le MODEL, apparu sur la scène en mars de cette année, le mouvement rebelle libérien et les habitants du district de Tabou ne s'apprécient guère.

"Chaque jour, les 'guerriers' du côté ivoirien de la rivière et les rebelles du MODEL de l'autre côté, se regardent en chiens de faïence ", a commenté John Tahine, le chef du village de Prollo.

06 / 18 / 2003

IRIN

The Article: "La capitale rebelle, assoupie, se réveille doucement à la paix" (Yvon Edoumou)

Une rue calme à Bouaké
Une fillette frêle aux pieds nus, qui paraît avoir moins de dix ans, bondit d'un buisson et repousse une planche parsemée de clous qui barre la principale route, au premier des six barrages routiers rebelles, en direction de Bouaké, la deuxième ville de la Côte d'Ivoire.

Derrière elle, des hommes et des femmes plus âgés, habillés de T-shirts et de bonnets de laine portant l'emblème du Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI), déambulent dans des voitures réquisitionnées, peintes avec les noms de leurs unités militaires telles que "Cobra" et "Watao". Beaucoup d'entre eux sont armés de fusils automatiques, tandis que certains n'ont aucune arme.

Le conducteur et les passagers font des signes de la main. Les combattants du MPCI les saluent à leur tour, sans prendre la peine d'arrêter et de fouiller le véhicule. Probablement à cause de l'emblème bleu clair de l'ONU peinte sur le côté. Mais peut-être aussi parce que depuis plusieurs mois, il n'y a pas eu de combats entre les forces rebelles et gouvernementales dans cette région du centre ivoirien.

En fait, malgré les tensions continues entre le nord, tenu par les rebelles, et le sud, contrôlé par le gouvernement, il existe de légers signes de retour progressif à la vie normale dans ce pays divisé, neuf mois après avoir plongé dans une guerre civile.

Un accord de paix conclu en janvier dernier a abouti à un cessez-le-feu ainsi qu'à la formation d'un gouvernement de réconciliation nationale, incluant neuf ministres rebelles. Il y a trois semaines, le Premier ministre Seydou Diarra a tenu un conseil du gouvernement symbolique à Bouaké, où le MPCI a établi son quartier général dans une école d'infirmières.

Les convois de camions, sous escorte militaire, traversent à nouveau la ville, en provenance du port d'Abidjan vers le Mali, un pays enclavé. A la fin juin, la route et le chemin de fer entre Abidjan et le Burkina Faso, passant par Bouaké, vont également rouvrir le trafic international. Et, en dépit des fréquents barrages routiers, un nombre croissant de camions franchit la ligne de front pour approvisionner en marchandises le nord de la Côte d'Ivoire, tenu par les rebelles.

Or, bien que la vie reprend peu à peu à Bouaké, où la forêt du sud de la Côte d'Ivoire a cédé la place à la savane du nord, cette cité naguère bouillonnante d'actvités commerciales, n'est plus que l'ombre d'elle-même.

Les six stations d'essence de la grande avenue de la ville sont fermées, tout comme les banques et les magasins. Dans les rues, quelques voitures de particuliers ou des taxis. Les véhicules tout-terrain des agences internationales de secours constituent un grand pourcentage de la circulation.

Et il y a peu de gens. Même pas de patrouilles rebelles. La présence militaire rebelle est essentiellement marquée par des groupes de recrues du MPCI en uniformes, pour beaucoup âgés de moins de dix-huit ans qui, dans le cadre de leur entraînement, courent à petite foulée en chantant dans les rues.

Un travailleur humanitaire a estimé que la moitié des 600 000 habitants de Bouaké a fui depuis que la guerre a éclaté, à la suite du Coup d'Etat manqué du 19 septembre 2002.

"Ils disent que Bouaké est à nouveau sur ses pieds, mais la seule chose vivante ici ce sont les fantômes", a déclaré Aboubacar, un jeune homme visiblement triste, ancien chauffeur de taxi aujourd'hui sans emploi.

"Et ils disent que les libanais sont de retour", a remarqué Abdul, son ami, également sans emploi, qui faisait allusion au fait que les commerçants et les marchands libanais contrôlent la majeure partie du commerce en Côte d'Ivoire. Jusqu'à une date récente, ce pays était le plus prospère de l'Afrique de l'Ouest, fournissant quarante pour cent du cacao mondial et exportant vers ses voisins des biens industriels.

Alors qu'il y a un libanais derrière chaque caisse enregistreuse de Treichville, un quartier commercial animé d'Abidjan, un correspondant d'IRIN en visite dans la ville n'a aperçu qu'un seul commerçant libanais à Bouaké, qui vendait un modeste assortiment de valises, de ventilateurs et d'autres appareils électroniques.

Il y a encore de l'électricité à Bouaké, de l'eau jaillit des robinets, et le réseau téléphonique fonctionne au petit bonheur. On peut même appeller avec un téléphone portable la région du sud sous contrôle gouvernemental, depuis la ligne de front qui se trouve à 60 km au sud de la ville.

De jour, le marché central est le seul endroit vibrant d'activités. La plupart des magasins de la ville sont fermés depuis des mois. Les banques, les pharmacies, les supermarchés, les agences de voyages, les restaurants et les hôtels ont les rideaux baissés ou leurs fenêtres brisées.

Et la nuit, la ville est calme, presque morte. Les seuls signes de vie sont les quelques personnes flânant le long de la route et un petit groupe d'amis buvant paisiblement de la bière à la terrasse d'un bar.

En dépit de la formation en avril du gouvernement de réconciliation nationale, son autorité ne s'étend pas au territoire du MPCI, où les rebelles ont formé leur propre administration, novice en la matière, et ont réussi à rouvrir quelques écoles.

Selon le ministre de l'Education, Michel Amani N'Guessan, seulement 95 000 des 600 000 enfants qui fréquentent normalement l'école dans la zone tenue par les rebelles, ont suivi des cours réguliers.

Il y a même une radio et une télévision à Bouaké. Mais les stations passent les programmes du MPCI au lieu de ceux du gouvernement. Le principal sujet du journal télévisé n'est pas d'informer sur ce que le président Laurent Gbagbo vient juste de faire à Abidjan. Il y a plus de chance qu'il soit axé sur les exploits d'un chef rebelle qui, il y a moins d'un an, était un simple homme de troupe.

Fort heureusement, Bouaké, qui est rapidement tombée entre les mains des forces rebelles dès le début de la guerre civile, ne porte pas les stigmates du conflit. Ses bâtiments sont restés intacts et n'ont pas subi de dégâts majeurs.

Et même s'il reste encore aux ministères à Abidjan à envoyer leurs fonctionnaires pour remettre sur pied l'administration nationale, il existe des signes encourageants qui montrent que la nation a commencé à se rescinder.

Le premier est le nombre croissant de camions chargés au maximum avec des marchandises, qui ont commencé à faire la navette entre Bouaké et Abidjan, à environ 400 km au sud.

Le deuxième est de voir le drapeau ivoirien sur les automobiles du MPCI, traduisant les sentiments d'un responsable rebelle qui a déclaré à IRIN "quoiqu'il advienne, le pays restera un et indivisible".

La dernière fois que le correspondant spécial d'IRIN s'est rendu à Bouaké, c'était au début de 2002, avant le déclenchement de la guerre civile. Ce jour-là, il s'était arrêté comme d'habitude à sa boutique de musique préférée pour prendre quelques disques pour le voyage du retour. Cette fois-ci, il était le seul client. Alors qu'il se dirigeait vers sa voiture, il a entendu les baffles de la boutique crachant à plein volume les paroles du rappeur américain assassiné, Tupac Amaru : ''Après chaque nuit sombre, il y a une belle journée ".

06 / 06 / 2003

IRIN

The Article: "LA CEDEAO sollicite des financements pour renforcer la force de paix"

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se tourne vers les donateurs occidentaux pour recueillir environ 40 millions de dollars afin de doubler, voire tripler, le dispositif de sa force de paix en Côte d'Ivoire qui compte 1 200 hommes, apprend-on de sources diplomatiques vendredi.

Les casques bleus ouest-africains actuellement dans le pays sont principalement financés par la France, qui a également envoyé 4 000 militaires en Côte d'Ivoire pour aider à faire appliquer le cessez-le-feu entre le gouvernement et les forces rebelles.

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont aussi apporté des contributions financières significatives à la force constituée de soldats du Ghana, du Togo, du Bénin, du Niger et du Sénégal, dépêchée en Côte d'Ivoire après que les rebelles contrôlant le nord du pays aient signé un accord de paix avec le gouvernement le 24 janvier 2003.

Mais les diplomates ont indiqué que la CEDEAO serait disposée à augmenter son contingent à plus de 3 000 hommes pour une période de six mois dans le but d'aider au contrôle du processus de désengagement et de désarment qui débutera bientôt.

Les sources ont ajouté que les Pays-Bas ont déjà offert une contribution d'un montant de 500 000 euros (580 000 dollars) pour aider au paiement d'une force de paix plus élargie, et ont indiqué que cette somme pourrait doubler. De son côté, la Belgique s'est engagée à verser 625 000 euros (712 000 dollars), ont-elles précisé.

Mais les sources ont déclaré que les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui avaient couvert le gros du coût initial de l'envoi de la force de la CEDEAO en Côte d'Ivoire pour six mois, d'un montant de 13 millions de dollars, réfléchissaient encore quant à l'opportunité d'un nouvel engagement financier.

Le dernier cessez-le-feu entre les forces gouvernementales et les forces rebelles, entré en vigueur le 3 mai, a été dûment respecté dans la majeure partie du pays, en dépit des attaques continues contre des villages par des miliciens incontrôlables, employés par les deux côtés au conflit, près de la frontière occidentale avec le Liberia. Celles-ci ont pris fin grâce au déploiement, fin mai, de plusieurs centaines de militaires français dans cette région.

Les hauts commandants militaires des deux parties au conflit vont se rencontrer le 17 juin pour se mettre d'accord sur les sites de cantonnement où les rebelles pourraient se regrouper et désarmer leurs combattants.

06 / 04 / 2003

IRIN

L'article: "Security Council concerned at humanitarian situation"

The UN Security Council on Tuesday again expressed its concern at the humanitarian situation in Cote d'Ivoire, saying it was particularly worried about the situation of Liberian refugees who had recently crossed the border into the country.

Welcoming recent progress in the implementation of the Linas-Marcoussis peace accord for the country, the Council president Ambassador Sergey Lavrov said in a press statement that members were satisfied at the presentation to the National Assembly, by the Prime Minister Seydou Diarra, of a draft programme for implementing the Linas-Marcoussis Agreement.

"They also welcomed the start of discussions between [the Ivorian national army] FANCI and Forces nouvelles [various rebel groups] on arrangements for disarmament," Lavrov said. "They called on the parties to continue to take the Linas-Marcoussis process forward, in particular by appointing Ministers for Defence, Interior and Women Affairs."

Council members were briefed on the visit by the Monitoring Committee to the western part of the country on 26 May, and received an update by France on the activities of its troops. "They welcomed the successful implementation, in particular in the west, of the complete ceasefire reached on 3 May," he said.

"They renewed their appreciation for the support provided by French and ECOWAS forces in this operation, in accordance with Security Council resolutions 1464 and 1479. They urged member states to provide additional logistical and financial support to ECOWAS."

The Council also called on member states to respond to the appeal launched by UN agencies and urged the parties to respect human rights and international humanitarian law.

"Members of the Council looked forward to the opportunity to emphasize these points directly to the Ivoirian parties during their mission to West Africa at the end of June, beginning of July," Ambassador Lavrov said.

Earlier on Tuesday, the Assistant Secretary-General for Peacekeeping Operations, Hedi Annabi, briefed Council members on the latest developments in Cote d'Ivoire and on progress made towards establishing the UN Mission there (MINUCI).

Page
 
 
 
Other data on Ivory Coast / Autres données sur la Côte d'Ivoire