Ethno-Net Database: Côte d'Ivoire

MOST ETHNO-NET AFRICA DATABASE

IVORY COAST / COTE D'IVOIRE


 
Other data on Ivory Coast/ Autres données sur la Côte d'Ivoire
Afrique du Sud

Bénin

Cameroun

Côte d'Ivoire

Congo - Brazza

Congo - Kinshasa

Gabon

Ghana


Kenya

Nigeria

Tchad

Zambie
 
Rapports sur les relations éthniques / Reports on Ethnic Relations  

The following section is consisted of part, full or summaries of articles from diverses sources (newspapers, newsletters, etc...).
La section suivante est constituée d'exraits, de la totalité ou de résumés d'articles provenant d'origines diverses (journaux,bulletins, etc..).


10 / 01 / 2002

LE MONDE DIPLOMATIQUE

L'article: "Rébellion militaire, massacres: La Côte-d'Ivoire à la dérive" (Philippe Leymarie)

C'est le sixième putsch - ou tentative de putsch – en Côte-d'Ivoire en l'espace de deux ans et demi. Avec à nouveau des centaines de morts : 300 officiellement reconnus (pour Abidjan seulement) le 24 septembre 2002 ; une centaine à Bouaké, après une première série de combats, le 25 septembre. A nouveau des menaces pèsent sur l'unité nationale : le Nord, à partir de Bouaké, est en quasi-sécession. A nouveau monte la tension régionale : frontières fermées, accusations contre des Etats voisins (Libéria, Burkina Faso), peur parmi les communautés immigrées (Burkinabés, Maliens, Sénégalais). Et à nouveau se ternit l'image de l'ancienne " vitrine ", l'ex-" modèle " ou " miracle " de l'Afrique de l'ouest francophone.

09 / 29 / 2002 

PANAFRICAN NEWS AGENCY

The article:"Leaders arrive in Ghana for emergency summit on Cote d'Ivoire"

On Sunday, some African leaders started arriving in Accra to attend a daylong emergency summit called to find a solution to an uprising led by hundreds of soldiers in Cote d'Ivoire.

Among the arrivals were Presidents Blaise Compaore of Burkina Faso, Mamadou Tandja of Niger an South African President Thabo Mbeki. Benin is representied by its senior minister in charge of government coordination,. Bruno Amossou.
Also are taking part in the summit, the Interim chairman of the African Union Commission, Amara Essy, and the Executive Secretary of the Economic Community of West African States, Mohamed Ibn Chambas.

09 / 26 / 2002 

IRIN 

The article
:
"Bouake, Korhogo reported tense but calm"
One week after the 19 September coup attempt in Cote d'Ivoire, the towns of Bouake and Korhogo are reported to be calm but still under the control of mutinous soldiers.

The article: "IRIN Chronology of Key Events: Oct 2000-Sept 2002"

Year 2000

22 Oct: Ivorians go to the polls to choose a new president. General Robert Guei, chief of the military junta since the December 1999 coup, and socialist candidate, Laurent Gbagbo, are the leading candidates.

23 Oct: The electoral commission, after releasing some results, suspends the operation, saying it would resume the following day.

24 Oct: The commission resumes, releasing results that show Gbagbo in the lead. Then it suspends the results process again. In the afternoon, the head of the electoral commission is kidnapped by armed men. Later in the afternoon, General Guei appears on TV and declares himself president. From his campaign headquarters, Gbagbo calls upon his supporters and all "democrats" to take to the streets. Civilians and the army clash in several neighborhoods of the commercial capital, Abidjan.

25 Oct: Civilians and the army clash again, with fierce fighting around Guei's residence. Around noon, Guei flees Abidjan in a helicopter. By the end of the day, many have died and others are wounded or arrested. In the evening, Gbagbo announces that he is the new president.

26 Oct: Gbagbo supporters and those of opposition leader Alassane Ouattara clash in Abidjan as the latter's supporters demand a re-run of the elections. Ouattara was excluded from the polls on the grounds of nationality, amid claims that he was Burkinabe. Several people are dead or wounded.

In the evening, Laurent Gbagbo of the Front Populaire Ivoirien is sworn in as the third president in 40 years.

27 Oct: Pascal Affi N'guessan, a former minister under Guei, is named as Prime Minister by Gbagbo and forms cabinet.

28 Oct: The bodies of 57 dead persons are discovered in the bushes in Yopougon, a district of Abidjan. The crime is alleged to have been perpetrated by the gendarmes of the district of Abobo.

4-5 Dec: A new outbreak of violence pits Ouattara's RDR (or Rally of the republicans) supporters against the army, as it suppresses an RDR demonstration against the exclusion of Ouattara, this time from parliamentary election.

10 Dec: Legislative elections are held.

13 Dec: In parliamentary results, the ruling FPI wins 96 seats, the former
ruling party PDCI wins 77 seats, independents get 16 seats and the Parti
Ivoirien des Travailleurs (PIT) gets four seats.

Year 2001

7-8 Jan: Gunshots ring around Abidjan as armed men simultaneously attack the national TV station, the Agban gendarmerie camp and Gbagbo's house. By noon, the government announces that it has foiled a coup attempt and points fingers at neighbouring countries for alleged involvement.

24-25 Mar: Local municipal elections conducted without violence and with the participation of all major political parties. The RDR, wins most seats, followed by the PDCI, the former ruling party and the FPI of Gbagbo.

30 May: After a freeze in cooperation sparked by the "18 billions scandal", the European Union proposes "a progressive and gradual resumption" of cooperation with Cote d'Ivoire. The scandal occurred in 1998 and involved the misuse of EU funds. The EU's decision to renew cooperation marks the beginning of improved relations with other
international agencies.

11 July: Ivorian diplomat Amara Essy is elected as Secretary-General of the Organisation for African Unity, which later becomes the African Union.

7 Aug: After a one-month trial, a tribunal returns a "not guilty" verdict in the case of the eight gendarmes (police) accused of the Yopougon massacre.

8 Oct-20 Dec: National reconciliation forum opens in Abidjan, aimed at easing socio-political tensions. The highlight is the anticipated participation of "the four heavyweights": Laurent Gbagbo, Henri Konan Bedie of the PDCI, Alassane Ouattara of the RDR, and General Robert Guei's Union pour la Democracie et la Paix en Cote d'Ivoire (UDPCI).

15 Oct: Former President Henri Konan Bedie returns to Abidjan after 20 months in exile in France.

19 Nov: The International Monetary Fund (IMF) agrees to discuss a three year economic programme with the Ivorian government.

13 Dec: National reconciliation forum ends. Steering committee publishes 14 recommendations, including what analysts consider the most important: the delivery of a certificate Ivorian citizenship to Ouattara.

Year 2002

10 Jan: Meeting of "the four heavyweights" in the Ivorian capital, Yamoussoukro, to strengthen the resolutions of the reconciliation forum.

1 Feb: World Bank resumes full economic cooperation after the country pays its arrears in full.

3 Apr: IMF approves $366 million for three years poverty reduction programme.

31 May: Six men receive jail terms of up to 20 years for involvement in the failed coup attempt of January 2001. Seven others are acquitted.

27 June: Political tension in Cote d'Ivoire increases as the local council elections approach. In Daloa, 400 km west of Abidjan, FPI and RDR supporters clash. Five people are killed and a market burnt.

30 June: Judge delivers certificate of nationality to Alassane Ouattara, whose supporters say it is a victory and opponents cry foul.

7 July: Regional elections take place under high tension and heavy police presence. The ruling Front Populaire Ivoirien (FPI) and the former ruling party, le Parti democratique de Cote d'Ivoire (PDCI) each win 18 councils; the RDR win 10 and (UDPCI) takes three.

1 Aug: Former minister, and General-Secretary of UDPCI, Balla Keita, is assassinated in Ouagadougou, Burkina Faso.

6 Aug: President Gbagbo reshuffles his cabinet. For the first time, the RDR is given positions in government. The new composition has 20 FPI members; seven PDCI; four RDR; two PIT; one UDPCI; and three from civil
society

9 Sept: Policemen raid the Mayama Editions, publishers of two daily newspapers: Le Patriote and Tassouman - believed by the government to be close to the RDR - in connection with an article published in Tassouman which reported an increase in car-jackings. It also said Interior Minister Emile Boga Doudou's car had been stolen.

13 Sept: General Guei rejects the cabinet slot given to his UDPCI party by the ruling FPI. He calls a press conference and says Gbagbo does not respect his commitments and oaths. Guei announces that his party has broken ties with Gbabgo's party. The President replies: "Noise is only noise."

19 Sept: Heavy shooting in Abidjan. Government says a coup attempt was foiled. It again points fingers at Guei, who is killed, and alleged involvement of Burkina Faso. Some 270 people are killed including Emile Boga Doudou. Mutineering soldiers retain control of Bouake and Korhogo. Confusion still reigns.

22 Sept: Humanitarian agencies say at least 5,000 people displaced and hundreds of residential shelters burnt down in the suburbs of Abidjan, following the failed coup attempt. Ouattara's house is set on fire.

24 September: Ouattara tells a French newspaper he had been a target and that the soldiers who killed Guei were going to kill him also. Troops loyal to the government launch an offensive on Bouake and Korhogo to try and dislodge the army mutineers.

09 / 25 / 2002 

IRIN 
The article:"Les autorités affirment qu'aucun civil n'a été molesté"
Des officiels ont indiqué qu'il n'y a pas eu de représailles contre des civils innocents à la suite du coup d'état manqué du 19 septembre.
Des responsables du ministère des Affaires étrangères ont déclaré que la destruction des biens n'était pas délibérée mais résultait des opérations de sécurité visant à rechercher des mutins présumés qui se seraient cachés parmi la population civile.
Les officiels affirment qu' il n'y a eu aucun mouvement de réfugiés dans la Zone d'Accueil des réfugiés (ZAR), où la Côte d'Ivoire héberge quelque 110 000 réfugiés libériens et de Sierra Leone.

The article:"Bouake children moved, demonstrations in Abidjan"
French troops arrived in the central Ivorian town of Bouake, on Wednesday to evacuate 200 children and workers trapped in an international school following last Thursday's failed coup.
In Abidjan, hundreds of youth demonstrators converged in the town center
on Wednesday morning, in a show of support for government efforts to
contain the security situation.
They demanded that the French embassy hand over opposition leader Alassane
Ouattara, who sought refuge there last week. Ouattara was quoted by the
media on Tuesday as saying he had been targeted by loyalist soldiers who also destroyed his house.
Government blocked some roads and guarded the French embassy. The
demonstrators also went to the embassy of Burkina Faso in Abidjan.
Meanwhile a planned regional heads of state meeting in Morocco was
postponed.

09 / 24 / 2002 

IRIN 
The article:
"Offensive pour déloger les mutins"
Mardi, les troupes loyalistes ivoiriennes ont lancé un assaut pour déloger les soldats mutins de Bouaké, Abidjan, et de Korhogo, tandis que plusieurs initiatives sous régionales ont été annoncées en vue d'apaiser la tension avec les voisins de la Côte d'Ivoire.

09 / 23 / 2002 

IRIN 
The article: "
5 000 déplacés en représailles ; 270 morts dans la tentative de coup d'état"
Des sources humanitaires indiquent que suite à la tentative de coup d'état, au moins 5 000 personnes ont été déplacées et des centaines d'habitations ont été incendiés dans les bidonvilles d'Abidjan. On y compte des immigrés burkinabés, libériens et maliens,ainsi que des Ivoiriens.
Selon les médias officiels, 270 personnes au moins auraient été tuées et 300 autres blessées dans diverses parties du pays depuis que des heurts ont éclaté dans les villes d'Abidjan,Bouaké et Korhogo.
Des déclarations du gouvernement ivoirien faisant allusion à l'implication d'un pays voisin dans le soulèvement et démenties par les ministres de la Sécurité et de la Défense du Burkina Faso, auraient provoquées des représailles.
Samedi, le gouvernement a demandé aux gendarmes et aux Ivoiriens de s'abstenir de s'en prendre à des innocents. On a cependant noté que ces appels ont été ignorés dans certaines parties du pays.
Le domicile du chef de l'opposition Alassane Ouattara a été partiellement détruit par les flammes dans la nuit de samedi alors que l'opposant s'était réfugié dans la résidence de l'ambassadeur français.
Rappelons que jusqu'au 30 juin, M. Ouattara, chef du Rassemblement des républicains (RDR) et ancien premier ministre, s'était vu refuser la nationalité ivoirienne et la participation à une fonction publique, sous prétexte qu'il était Burkinabé.
La France a affrété une centaine de soldats samedi afin de protéger ses 20 000 ressortissants en Côte d'Ivoire, et le gouvernement a donné l'ordre à tous les membres de ses forces de sécurité, y compris ceux de la police et de l'armée, de se présenter à leur poste pendant la fin de semaine.
Bouaké (centre), à 350 km au nord d'Abidjan, et Korhogo à 634 km au nord restent sous le contrôle des mutins ce lundi.
Après ses pairs, c'est au tour des Etats-Unis de condamner l'épreuve de force et d'appeler les rebelles à rendre les armes et à négocier une solution pacifique du conflit.

09 / 22 / 2002 

ACCRA MAIL 
The article:
"Ivory Coast: Ecowas and UN condemn attempted coup"
A press release from ECOWAS said such unconstitutional conduct by unruly soldiers is not helpful to the country, which is in the process of restoring its reputation as a bastion of peace and stability in the sub region.
"We wish to reiterate the sanctity of the provisions of the ECOWAS Protocol on Democracy and Good Governance under which member states made a commitment to 'zero tolerance for power obtained or maintained by unconstitutional means', and that 'every accession to power must be made through free, fair and transparent elections'."
ECOWAS called all members of the armed forces of the sub-region to remain loyal and faithful to defend the constitutions, independence and territorial integrity of Member States.

09 / 20 / 2002 

IRIN 
The article:
"La tentative de coup d'état a échoué, affirme le gouvernement"
Lors d'une intervention publique, le ministre de la Défense Moïse Lida Kouassi a déclaré que la sédition militaire survenue dans la matinée de jeudi en Côte d'Ivoire était une vaine tentative de coup d'état contre le gouvernement du président Laurent Gbagbo.
Il a également annoncé que le chef de l'opposition, Alassane Ouattara, était en sécurité dans sa résidence et sous la garde de l'armée nationale tandis que Henri Konan Bédié, autre ex-président, serait aussi sain et sauf chez lui.
M. Kouassi aurait annoncé selon les média, que certains mutins seraient entrés en voiture en Côte d'Ivoire depuis le Burkina Faso.
De son côté, Djibril Bassolet, ministre de la Sécurité du le Burkina Faso, a indiqué que son pays avait renforcé la sécurité aux frontières "pour empêcher toute infiltration des éléments qui seraient pourchassés en Côte d'Ivoire".
Les forces loyalistes ont réussi à faire cesser les combats à Abidjan, jeudi après midi mais des tirs sporadiques ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi.
Les villes de Bouaké et Korhogo restent toujours contrôlées par les mutins vendredi après midi, et le ministre des Sports, François Amichia et son épouse restent toujours prisonniers des mutins.
Le gouvernement ivoirien souhaiterait que la France intervienne "si la crise perdure et s'il est prouvé que des éléments étrangers sont impliqués".
Des voix se sont élevées à travers le monde pour condamner la tentative de coup d'Etat et inviter à une résolution pacifique de la crise, notamment celle du Secrétaire-Général de l'ONU, Kofi Annan qui a lancé un appel "à tous ceux qui participent aux attaques pour qu'ils cessent leurs activités immédiatement et sans condition et qu'ils se soumettent à l'ordre constitutionnel et fait appel à toutes les parties en cause pour qu'elles s'abstiennent de toute action qui pourrait aggraver la situation.

09 / 19 / 2002 

IRIN 
The article:
"L'ex-président aurait été tué lors d'un soulèvement militaire"
Le général Robert Gueï, ex-président de la Côte d'Ivoire et auteur du putsch de 1999 qui avait renversé le gouvernement de Henri Konan Bédié, aurait été tuée lors du soulèvement militaire survenu ce jeudi dans plusieurs villes ivoiriennes dont la capitale économique Abidjan.
Le ministre de l'Intérieur Emile Boga Doudou aurait aussi été mortellement blessé et un autre ministre, kidnappé par les mutins.
Vraisemblablement, cette mutinerie es l'œuvre de soldats protestant contre leur démobilisation imminente de l'armée…
Alain Toussaint, un conseiller du président Laurent Gbagbo en visite en Italie au moment du soulèvement président, aurait déclaré à Rome que Gueï serait derrière le soulèvement. Ce que les collaborateurs de Gueï à Abidjan ont démenti.

11 / 03 / 2000 

BBC NEWS 
The article: "Ivory Coast fights personality cult" 
In making a stand against the cult of personality which has marked the country’s media in the past, the new government in Ivory Coast has banned the display of the President’s picture in hotels and airports. 
Thursday night’s television news begun the usual way and ended as it normally does once a week with the government’s official; spokesman giving an account of that day’s cabinet meeting, but at this point, the new government spokesman announced there were to be no readings from the President’s postbag, no more highlights of the Presidents day, and all the official portraits of the President were to be removed from public places like hotels and airports in short there were to be no more of the kind of personality cult which he said was a sure sign of a backward country. 

11 / 02 / 2000 

NEW JERSEY ONLINE 
The article: "Reconciliation committee after ethnic killings" 
Ivory Coast’s new civilian government on Thursday announced a reconciliation committee and a national day of morning following last weeks ethnic and political clashes in which hundreds died.  
The Committee, reportedly modelled on the South Africa’s post-apartheid body had Christian and Muslim religious leaders as well as representatives from civic groups and will be headed by Mathieu Ekra, a founding member of the  former ruling Democratic Party of Ivory Coast. 
A memorial service will be held Nov. 9 - a National day of mourning and victims’ hospital and funeral costs will be paid by the government. The government will also assist any international inquiries into he violence which killed at least 500 people in three days in Abidjan and other cities last week when the former military leader Robert Guei dissolved the commission overseeing Presidential elections and declared himself the winner. 

10 / 26 / 2000 

PANAFRICAN NEWS AGENCY 
L'article: "Des pourparlers seraient en cours entre Gbagbo et Ouattara" 
Afin de mettre fin aux hostilités qui opposent leurs militants respectifs, des négociations seraient en cours en ce moment entre Laurent Gbagbo (FPI) et Alassane Ouattara (RDR) écarté dernièrement de la course à la présidence par la Cour suprême pour s'être prévalu d'une autre nationalité. 

L'article: "L'armée décrète un couvre-feu" 
Suite aux heurts sanglants entre militants FPI et RDR qui auraient déjà fait plusieurs dizaines de morts à Abidjan, le général Soumaila Diabagate, chef d'Etat-major général des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI) a annoncé Jeudi après-midi, l'entrée en vigueur d'un couvre qui prendra effet à partir de ce jeudi 19 heures jusqu'au lundi 30 Octobre… 
Une église et une mosquée auraient été incendiées à Yopougon, une commune d'Abidjan. 

L'article: "Bataille rangée entre militants RDR et FPI" 
Après la chute de la junte militaire arrivée au pouvoir depuis le 24 Décembre 1999, des affrontements ont éclaté tôt dans la matinée de Jeudi, entre les militants du FPI (Front Populaire Ivoirien) de Laurent Gbagbo et ceux du RDR (Rassemblement des Républicains) d'Alassane Dramane Ouattara qui avait été écarté de la course à la présidentielle du 22 Octobre. Celui-ci a annoncé Mercredi soir que tout pouvoir issu de ce scrutin serait "illégitime" incitant apparemment ainsi, ses militants qui, en grand nombre, ont pris d'assaut les rues de la plupart des quartiers populaires de la capitale. 

L'article: "La CNE confime la victoire de Gbagbo" 
Dans l'après-midi du Jeudi, La Commission Nationale Electorale (CNE) a rendu publics à Abidjan, les résultats définitifs du scrutin présidentiel de dimanche: Le leader du Front Populaire Ivoirien (FPI) le remporte avec 59,3% des voix contre 32,72% au général Guéi. 

10 / 25 / 2000 

PANAFRICAN NEWS AGENCY 
L'article: "Le PIT appelle à la reprise du processus électoral" 
Dans une déclaration parvenue à la PANA, mercredi, le PIT (Parti Ivoirien des travailleurs) appelle à la reprise du prcessus électoral en Côte d'Ivoire. Le Pr Francis Wodié, candidat à l'élection présidentielle du 22 Octobre et signataire de cette déclaration, demande au Général Guéï et au Gouvernement de "se ressaisir". Pour le PIT, "le processus électoral doit reprendre son cours, se dérouler selon le droit et aller à son terme dans le respect du jeu démocratique et la volonté du peuple", raison pour laquelle il exige le "retour à l'ordre constitutionnel et le retablissement de la Commission nationale électorale". C'est à cette unique condition, ajoute-t-il, que des affrontements pourraient être évités et la paix préservée en Côte d'Ivoire. 

AllAfrica.com 
The article: "Guei Protest Violence Intensifies in Abidjan" 
Intense gunfire was reported this morning in an attack on Akouedo, a strategic military camp for troops loyal to Ivorian military leader, Gen. Robert Guei. Last Sunday, he proclaimed himself winner of the hotly contested presidential polls and dissolved the national electoral commission. Unfortunately Gen. Guei has to deal with a wounded public, growing international pressure, as well as a divided army. On Tuesday armed soldiers confronted demonstrating youths  who were protesting against what they considered the stolen victory of Laurent Ggagbo, leader of the Ivorian Popular Front, who also unilaterally declared  himself winner  of last Sunday’s polls. The demonstrations continued Wednesday with the erection of barricades accompanied with clouds of smoke and sporadic gunfire.  
The youths have taken control of the road. Former Information Minister, Henri Cesar Sama Damalan, resigned, and admitted that he saw Guei on his way to the airport. He had even ordered Guei’s arrest. Another reliable source said Guei is already out of the country. The presidential palace remains guarded while youths have taken over most strategic places including the radio which only plays music without any announcements. 

L'article: "Une journée décisive pour la Côte d'Ivoire" 
Il est fait mention dans l'article de l'attaque perpétrée (nuit de mardi à mercredi) au camp d'Akouedo, résidence de la garde présidentielle par des éléments non identifiés de l'armée ivoirienne. Ceux-ci semblent avoir rallié la population civile qui manifeste son mécontentement depuis l'auto-proclamation par le chef de la junte au pouvoir, vainqueur de l'élection du dimanche 22 Octobre 2000 (avec 52,72% contre 41% à M. Laurent Gbagbo). Témoignage en est fait par les "scènes de fraternisation entre militaires et manisfestants observées dans certains quartiers" comme Adjamé, Abobo et Yopougon. En plus de cette manifestation, on signale également des remous au sein du Conseil National de Salut Public (CNSP) notamment des rumeurs de démission du ministre de l'information et porte-parole du gouvernement.  
Le titre de cet article fait donc référence au tournant décisif que pourrait connaître la crise ivoirienne, ce mercredi 25, après le "coup d'état constitutionnel" du général Guéi. 

L'article: "La radio nationale sur le point de tomber aux mains des insurgés" 
D'après le constat de PANA, à 10 heures, les abords de la radio nationale étaient littéralement envahis par les manifestants venus négocier avec les militaires: ils voulaient annoncer la victoire de M. Laurent Gbagba à l'antenne. Les coups de feu s'étaient presque arrêtés et on pouvait observer des scènes de fraternisation. 

L'article: "Tirs à l'arme lourde entendus à Abidjan" 
Dans la nuit de mardi à mercredi, des tirs à l'arme lourde ont été entendus au camp d'Akouédo et dans la matinée, seules quelques patrouilles militaires étaient encore visibles, précise cet article de PANA. La veille, des militant du FPI (Front Populaire Ivoirien) ont manifesté à la suite de l'annonce par le ministre de l'Intérieur, de la victoire du Générale Guéi à l'élection du 22 Octobre 2000. L'intervention violente des militaires a occasionné neuf morts, une dizaine de blessés et des dégâts matériels. 

09 / 16 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10766 
L'article: "Dans la paix, tout peut se régler" 
Telle est la quintessence du message délivrée par le ministre de l'intérieur et la décentralisation, le jeudi 14 Septembre aux populations de Grand-Béréby. En effet, suite aux affrontements qui opposent depuis deux semaines, les Kroumens (autochtones) aux Mossis (Burkinabè), une délégation comprenant le suscité ministre, s'est rendue sur les lieux du drame. La désolation y était évidente tant sur les pertes en vie humaine que sur les dégâts matériels occasionnés… 
Après une introduction visant à montrer l'hospitalité et la vie harmonieuse qui ont toujours caractérisé les populations kroumen vis-à-vis de ceux à qui ils ont prêté des terres, le Chef du village, par la voix d'un porte-parole choisi séance tenante, annoncera que ce conflit est né du ras-le-bol des siens de "se faire tuer et commander sur leur sol" par les Mossis. Les présents problèmes, dira-t-il, proviennent de la cession des terres "à ces tueurs" par leurs parents. En prenant exemples sur quelques villages comme Tabou, Grabo, Trayé et Héké 19 dont ils auraient été indulgents, il annonça fermement qu'ils ne pourraient plus "aller au-delà". La condition à tout dialogue serait que les Mossis quittent immédiatement leurs forêts. D'autres arguments tendant à conforter cette position suivirent… 
Prenant à son tour la parole, le Ministre de l'intérieur et de la décentralisation adressa des paroles de paix en ces termes: "C'est seulement dans la paix que les problèmes de cohabitations vécus par les Kroumens et Mossis actuellement connaîtront un dénouement heureux". Après avoir souligné le côté tragique de la courante situation, Il continua en disant: "la situation que vous vivez est dramatique, Cependant elle ne doit pas vous faire perde de vue que le dialogue est l'arme des forts" et il invita les populations à dépassionner le traitement à ce sujet: "La passion entraîne souvent des situations regrettables". 
Le premier responsable de l'administration territoriale annonça ensuite la présence permanente des forces l'ordre en vue d'assurer la sécurité à tous. 
L'article se termine par la révélation du ministre quant à l'application très prochaine de la loi sur le foncier rural. 

09 / 15 / 2000 

L'INTER N° 717 
Page 9: "COTE D'IVOIRE-BURKINA: Conflit Kroumen-Burkinabe à Grand-Bereby. Une mission gouvernementale pour ramener la paix". 
Les ouvriers agricoles burkinabes vivent dans les villages de Trahé et Héké, situés à l'Ouest aux environs de 19 km de Grand-Béréby. Les Burkinabes sont 20 000. Les Kroumen représentent un tiers de la population burkinabe.  
Selon Jean-Jacques Sibet, auteur de cet article, les problèmes seraient nés de la tentative de récupération par les Kroumen des terres exploitées par les Burkinabés. Il n'y a pas eu d'entente sur cette récupération. Armées de fusil de chasse et de machettes, autochtones et allogènes se sont donc affrontés. Le bilan se chifrre à quinze (15) morts de part et d'autre. Les affrontements ont eu lieu le 29 Août 2000. Bien avant cet affrontement, il y a eu un autre dans la même région en Novembre 1999. Il a fait cinq (5) morts. La population autochtone a décidé d'expulser les allogènes. Cela a été fait. 
A la suite du récent conflit, les populations ont eu peur de vaquer à leurs occupations agricoles. Les Kroumen se sont refugiés à Ouélo; les Burkinabe à San Pedro. Mais bien d'autres, armés de part et d'autre, sont dans les brousses. 
Aussi cent trente (130) militaires et gendarmes ont été dépêchés dans la région pour désarmer les personnes armées. il y a eu également Messieurs Ahmed Timité, Ministre de l'Agriculture; le Colonel Kouassi Grena, le chef d'Etat Major; le Général Soumaïla Diakité; le Commandant Supérieur de la Gendarmerie; le Colonel-Major georges Déon; Son Excellence Emile Ilboudo, Ambassadeur de Burkina en Côte d'Ivoire et les cadres de la région. 
L'objectif de la mission gouvernementale est de ramener la paix entre les deux peuples et dans la région. La mission n'est pas facile en ce que la tension entre nationaux et étrangers est avivée par la Constitution ivoirienne et la période préélectorale. 

09 / 07 / 2000 

ETHNO-NET COTE D'IVOIRE 
"Situation politique en Côte d'Ivoire au regard de la constitution et du code électoral" 

I - La Constitution ivoirienne 
La Constitution pose beaucoup de problèmes. Depuis son apparition dans les journaux, nombre de populations s'interrogent sur le rôle de cette constitution. Les problèmes de la Côte d'Ivoire sont: la pauvreté, le chômage, la dette, les agitations sociales et les maladies dont le SIDA et le paludisme sont en tête de liste. La nouvelle constitution n'aborde pas ces problèmes mais se préoccupe de candidat à l'élection du Président de la République. En quoi le fait d'être ivoirien de père et de mère apporte-t-il une solution originale aux problèmes quotidiens des populations vivant en Côte D'Ivoire? La constitution semble régler le sort d'Alassane Ouattara que de résoudre les problèmes des Ivoiriens. Elle exclut une bonne partie des Ivoiriens: les métis. Venu balayer la Côte d'Ivoire, Robert Guei est candidat aux élections présidentielles. Pour que la paix règne, il est demandé à Guei de laisser voter Alassane. A quoi a servi la Constitution? 

II - L'Assasinat de trois Burkinabes 
Trois ressortissants du Burkina ont été récemment assassinés lors d'un litige foncier dans le Sud-Ouest du pays. Les étrangers subissent beaucoup de frustrations, d'injustice, d'agression parce que Monsieur Alassane Ouattara veut se présenter aux élections présidentielles. C'est une situation regrettable. Il a régné par le passé l'entente entre les étrangers et les Ivoiriens. Ce n'est plus le cas à cause d'un seul individu. 

III - La situation politique 
Il y a beaucoup de tensions sociales entre les Ivoiriens eux-mêmes, entre eux et les autres populations. Le pays est passé de la paix aux conflits, aux tensions. La paix est menacée. Malheureusement, les problèmes de personnes semblent plus préoccupantes que la situation politique, sociale, économique. 

IV - Le code électoral 
Le code électoral occasionne de nombreux problèmes qui accentuent les ceux évoqués plus qu'il ne les résout. Tout semble fait pour aggraver la situation. Il y a un grand nombre d'Ivoiriens qui ne pourront pas voter parce qu'ils n'ont pas de carte nationale d'identité. Parmi eux, il y a ceux qui ont perdu leurs parents avant l'établissement des nouvelles cartes nationales d'identité. Pour qu'ils puissent voter ils doivent avoir le récépissé de la nouvelle carte nationale d'identité de leur parents morts avant l'avènement des nouvelles cartes nationales d'identité. Il y a là un réel problème de logique. 

09 / 06 / 2000 

LE J.D.  N° 392 
L'article: "Revoilà les conflits fonciers" 
Omer Boti fait allusion dans cet article aux échauffourées meurtrières auxquelles se livrent les Kroumen et ressortissants burkinabé dans la région de Tabou. Il déplore ces événements malheureux qui surviennent au moment où les Ivoiriens s'apprêtent à vivre leurs premières élections sous la deuxième République. 
En rappelant une situation semblable survenue il y a un an entre les deux mêmes fractions et basée sur les questions d'autochtones et d'allogènes, il fait mention des incidents graves qui pourraient être engendrés à la longue si l'on y prend garde. Il rapporte que le département et les villages Pataké, Traséké et Djambo (Grand-Bérery) ont été les principaux foyers de violence et que la cause serait le refus des ressortissants burkinabè (forte colonie) de quitter la région comme le leur ont ordonné les autochtones kroumen au mois d'Août. 
Il lance un vibrant appel aux autorités compétentes afin de stopper les hostilités. 

08 / 05 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10732 
L'article: "Affrontements sanglants entre Fengolo et Diourouzon: 3 Bléssés graves" 
Dans cet article signé AIP, il est question des affrontements subits qui ont éclaté entre les tribus Tchanhau et Tchêmesson habitant respectivement les villages Fengolo et Diourouzou dans la sous-Préfecture de Duékoué. Le bilan provisoire se chiffre à 3 bléssés, tous de Fengolo. Ces heurts surviennent à la suite d'un litige foncier qui oppose depuis 1984 les deux villages dans la zone de limite de leurs terres et qui semblait avoir été résolu le 26 Novembre 1999 par la grande commission de règlement de conflits fonciers, sous l'arbitrage de laquelle des accords avaient été conclus tout en respectant le découpage administratif. 
Alors que la gendarmerie locale s'attelle à identifier les motifs réels de ces accrochages, les autorités locales et chefs traditionnels eux, se mobilisent pour rétablir la paix entre les deux villages. 

07 / 31 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10727 
L'article: "Résultats du référendum - La Cour suprême valide définitivement la Constitution et le Code électoral" 
Le vendredi 28 Juillet 2000, la Chambre constitutionnelle de la Cour suprême a proclamé les résultats définitifs du référendum des 23 et 24 juillet et deux jours après, aucune requête en réclamation ou en contestation n'ayant été enregistrée, elle les a validés. Ils se présentent comme suit:  
 
ELECTEURS INSCRITS 5.017.264 
VOTANTS 2.808.241
SUFFRAGES EXPRIMES  2.733.305
BULLETINS NULS 74.936
OUI 2.366.452 (86,58%)
NON  366.853 (13,42% )
La conclusion de la Cour qui s'en est suivie est que la Constitution et le Code électoral ont été définitivement adoptés par le peuple ivoirien.  

07 / 20 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10719 
L'article: "PROPOS DE LEADERS - Suite au changement intervenu dans l'article 35 du projet de constitution, comment réagissent le PIT et l'USD ?" 
L'article 35 du projet de Constitution a tardivement été modifié par le Chef de l'Etat ivoirien par un remplacement de la conjonction de coordination "OU" par "ET. Le candidat à la Présidence de la République doit ainsi donc être Ivoirien de père et de mère eux-mêmes Ivoiriens d'origine.  
L'article, signé BAH B., présente quelques avis y relatifs, notamment ceux du porte-parole du Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT), Léopold Kouaho et du S.G de l'USD, Jérôme Climanlo qui approuvent la modification apportée malgré quelques réserves exprimés par le premier. 
Bernard Zadi Zaourou, ex-SG de l'USD, lui, fustige la procédure en ces termes: "En attendant de procéder à une quelconque analyse, il n'est pas bon que la modification soit faite après l'ouverture de la campagne…". Plus loin, il fait mention des choses dangereuses que contient ce projet de Constitution à l'instar de l'article 32 qui, selon lui, "fait courir des risques au peuple". 

06 / 26 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10698 
L'article: "60 ethnies + X"  
Le titre de cet article fait référence à la naissance de nouvelles ethnies qui s'ajoutent ces derniers temps aux 60 communément admises. K. K. Man Jusu fait tout d'abord allusion aux "metis" ou enfants nés de parents ivoiriens mais d'ethnies différentes (Baoulé-Dioula, Bété-Gouro, Agni-Akyé, etc…) dont la prise en compte de l'ethnie augmente ce nombre à 61. Ce phénomène, dit-il, est salué par les anthropologues qui y voient un moyen d'éviter en Côte d'Ivoire, une guerre ethnique en ce sens que les "mélanges ethniques" tendent à instaurer des "homogénéités ethniques". Ainsi donc, il ne sera plus possible de dire qu'une certaine ethnie est au pouvoir car au pouvoir, il y aura en réalité un "métis" ou "hybride". Ce compteur peut monter à 62 si on tient  également compte de l'ethnie constituée d'enfants nés d'un parent ivoirien et d'un étranger (africain, américaine, asiatique ou européen)… 
Il faut signaler qu'une controverse sur la nationalité ivoirienne, règne au sein de la population qui brandit çà et là, des expressions comme "Ivoiriens authentiques", "métis à la peau claire", "nouveaux immigrants" pour argumenter leurs différents pointsde vue. L'auteur conclut en mentionnant d'une part que, toute cette histoire pourrait amener à définir une nouvelle composition de la population ivoirienne comptant plus de 60 ethnies et d'autre part que, la raison de l'enlisement du débat sur les conditions d'éligibilité du Président de la République est en partie, la complexité de cette nouvelle donne démographique. 

06 / 16 / 2000 

FRATERNITE MATIN N° 10690 
L'article: "Le Général Guéi: 'La Côte d'Ivoire n'a pas besoin d'une charte ethnique'" 
Kouassi Aristide K. rapporte qu'au cours de l'audience accordée le 14 Juillet 2000 par le Général Guéi (Chef de l'Etat ivoirien) aux cadres et chefs traditionnels des régions des Lacs et de la Marahoué, celui-ci a qualifié d'intolérable l'existence sur le sol ivoirien d'une quelconque charte ethnique ou religieuse. En rappelant que la Côte d'Ivoire est un pays "laïc de variété ethnique, d'amour et de fraternité", il a ajouté "qu'il est dangereux d'utiliser la religion ou l'ethnie pour servir des ambitions politiciennes". Il a en outre dit que la fonction de Président de la République n'était exclusivement réservée à aucune ethnie ou religion mais a souligné que le candidat devait être "Ivoirien de pur sang".  
Par la suite, un représentant de la région des Lacs a évoqué les avantages dont pourraient leur faire bénéficier en temps opportun, leur frère, le Président Guéi, . Le porte-parole des cadres de la Mahahoué, lui, a plutôt présenté un certains nombres de doléances telles les pistes villageoises, les problèmes d'eau, la réhabilitation du pont, etc… 

02-03 / 00 / 2000 

AFRICA INTERNATIONAL N° 331/332 
Page 95: "Les leçons du coup d'Etat ivoirien"  
Selon l'auteur, M. Amvouna Atemengue J.-B. Martin, le principal événement politique africain de ce début de siècle est l'arrivée au pouvoir du général Guéi en Côte d'Ivoire; cette arrivée peut, d'après lui, être considérée comme bienvenue à conditions que ce dernier et ses amis militaires, une fois la transition assurée, se retirent et cèdent la place aux civils élus démocratiquement.  
Ce coup d'Etat, pense-t-il, est intervenu "afin d'éteindre l'incendie, celle de la République" 'attisée' depuis quelques temps par "les dérives du clan Bédié" qui devenaient "menaçantes pour la stabilité de la Côte d'Ivoire et de la sous-région"; en effet, "les détournements et les gaspillages de fonds publics qui étaient généralisés" et le "choix d'utiliser le racisme et la xénophobie comme fonds de commerce" étaient de nature à plonger le pays et/ou la sous-région dans le chaos…  
Bien que cette action néfaste ait été interrompue, ses séquelles resteront, pense l'auteur qui ajoute même que la "Côte d'Ivoire est réellement menacée par des divisions ethniques et religieuses"… 
 Pour que cette étape transitoire soit réussie et taxée de positive, le général Guéi devra donc s'atteler à restituer une "certaine idée de la République que le clan Bédié a tué" et par la suite, le peuple ivoirien devra prendre ses responsabilités en "évitant de tomber dans le piège de l'argent". 

12 / 06 / 1998 

FRATERNITE MATIN 
"Le nouveau code foncier apporte de grandes innovations" 
Projet de loi portant code foncier rural a été soumis à l’Assemblée nationale. Maître Bitty Kouyaté Président de la Chambre des Notaires en parle. Chaque paysan aura un certificat qui atteste qu’il est le propriétaire de sa parcelle.  

10 / 05 / 1998 

SOIR INFO N° 1250  
"Conflit Guérés-Baoulés à Bangolo" 
Francis Odjé écrit ce qui suit: Un Guéré du nom de Zialou Gabriel, sur un raphia, serait fusillé par un Baoulé à qui il avait défendu de faire la chasse dans les environs de sa plantation. La fusillade est la cause des conflits entre les deux groupes ethniques. Quatre morts du côté des Guéré, 1 de celui des Baoulé. Pris de peur, les Baoulé ont quitté les régions des guéré. Ils sont revenus grâce au Préfet. 

09 / 25 / 1998 

FRATERNITE MATIN  
"La femme pour la gestion des conflits" 
Dans le cadre de l’ouverture de la 6e Assemblée Générale des Femmes d’Afrique de l’Ouest(AFAO) sur le thème : Femme, pauvreté et paix en Afrique de l’Ouest, le journaliste Marcelin Kouadio Gneproust écrit que l’ingéniosité des femmes peuvent aider au maintien de la paix. Il en va de même de leur dynamisme dans les filières alimentaires et commerciales. Leur vue plus juste a influencé les décisions de leurs époux. L’éveil et la promotion des femmes ont joué et continuent de jouer un grand rôle dans la lutte contre la pauvreté. Aussi le Président de la République a-t-il dit dans son discours d’ouverture que la nouvelle Afrique doit se faire avec les femmes. 

08 / 03 / 1998 

LE JOUR N° 1052  
"Conflits maliens-Agni à Ayamé" 
Joachim Beugre a recueilli des propos sur les conflits entre les Maliens et les Agni à Ayamé. Le Maire a dit dans ses propos qu’il n’y a pas de problèmes. C’est la presse qui amplifie cet événement. Un arrêté préfectoral relatif à l’arrêt de la pêche du 1er juillet au 30 septembre a été pris. Un comité mixte de surveillance a mis sur pied. Les Bozo ont effectué clandestinement la pêche et ils ont été pris en flagrant délit par les contrôleurs. A la suite un Agni a été menacé de mort. Les Villageois agni ont riposté. 

07 / 29 / 1998 

"Ayamé 7 campements Bozo brûlés" 
Les Bozo sont des pêcheurs maliens qui se sont installés à Ayamé, il y a 30. Il est à ces populations les faits suivants: 
- déchirements des filets; 
- refus de vente de poisson à Ayamé; 
- menacés 
Ces faits sont à l’origine des conflits entre Agni et Bozo. 
Un peu avant ces conflits, le sous-préfet a pris un arrêté pour réglementer la pêche.  

07 / 23 / 1998 

LE JOUR N° 1042  
"La répartition du nombre de députés par circonscription électorale des législatives de 1995" 
Il s’agit d’un tableau indiquant les circonscriptions, la population, les inscrits et les sièges. Un bref commentaire est fait sur l’ensemble des inscrits de partis d’opposition. Joachim Beugre auteur de l’article, signale qu’à partir de cette répartition les élections seront faussées. Il souligne que la présence des observateurs nationaux et internationaux sera sans effet pour les élections. 

02 / 16 / 1998 

Déclaration de l'Association "Côte d'Ivoire, 60 ethnies = 1 ethnie" 
Cette association dont le siège se trouve à Abidjan (01 B.P. 7456 Abidjan 01) a pour objet d'oeuvrer pour la recherche permanente, le renforcement et la consolidation de l'entente, l'unité, la paix et la solidarité  agissante entre tous les Ivoiriens. Son Président Exécutif est M. Mathurin Yao Saki.

09 / 03 / 1997 

LE JOUR N°778 
"Les litiges fonciers à Duékoué :  'Le pire reste à venir, si …' " 
L’article insiste sur un calme précaire revenu après plusieurs jours d’affrontements. Pour régler les conflits au mieux des personnes, des suggestions sont faites. Il est indiqué qu’il faut remonter à la genèse des faits. En 1964, Houphouet-Boigny disait que la terre appartient à celui qui l’a mise en valeur. En 1968, la circulaire n° 37/INT/AG du 25 mai 1968 parle de terre inculte. Au début de 1970 les populations baoulé déplacées des zones de barrages et installés dans le sud-ouest. Ils ne sont intégrés dans la population qui leur a donné des parcelles de terre. 

09 / 02 / 1997 

LE JOUR N° 777 
"Litiges fonciers à Duékoué: Qui a donné des armes aux Baoulés?"  
Quatre porcs ont dévasté des cultures d’ignames de Gaspard NGORAN, un Baoulé. Enervé, il les a abattus. Le propriétaire de ces porcs, Jérôme TIEHE, a manifesté son mécontentement. Le Baoulé et ses frères l’ont battu. Ils lui ont fracturé la mâchoire et arraché deux dents. Conduit à l’hôpital, il mourra un mois après de ses blessures en ce que le Baoulé et ses frères n’ont pas acheté les médicaments pour ses soins. Les guéré ont réagi contre les actes de ce Baoulé et ses frères. Possédant des armes les Baoulé ont fait des victimes. De leur côté il y a eu un décès. Pour le retour au calme, les propos recueillis penchent vers un retrait des armes des Baoulé et une réglementation plus rigoureuse de délivrance des armes. 

09 / 01 / 1997 

LE JOUR N° 776 
"Djeni accuse: le PDCI est responsable des conflits interethniques"  
Gbané écrit qu’il y a eu un meeting au stade municipal d’Anyama tenu par une section du RDR, au cours duquel le Secrétaire Général de ce parti a accusé le PDCI-RDA d’être l’auteur des conflits interethniques. Djéni a dit que le PDCI a fait des Baoulé des otages. Ce parti les a installés partout dans les autres régions. Il les a armés. Les villages dans lesquels se trouvent ces Baoulé constituent une poudrière.

Page
 
 
 
 
Other data on Ivory Coast / Autres données sur la Côte d'Ivoire